LE DOMAINE de cypres // rte du general de gaulle - olonne sur mer // PC obtenu aout 2019

Maître d’Ouvrage

Architecte

Maître d’Oeuvre

BET Structure

BET Fluides

BET Vrd

Programme

Coût de construction

Groupe PRIMALYS

ACDM ARCHITECTURE

MOTEC INGENIERIE

IBA STRUCTURE

IBA FLUIDES

SUD VRD

123 logements collectifs + 13 maisons individuelles / 8619m² SP

11 101 000€ HT (Estimation)

L’unité foncière, support du projet étudié dans le cadre du présent dossier, s’inscrit dans la zone septentrionale de la commune d’Olonne sur mer, le long du boulevard Charles de Gaulle au lieu-dit « le vieux Fief ». Ce boulevard constitue l’axe principal de desserte de la commune des Sables d’Olonne depuis la 4 voies venant de la Roche-sur-Yon. Il se caractérise aujourd’hui par une grande diversité de formes bâties, dans un secteur en mutation favorisant les projets de recomposition et de qualification du tissu urbain.

Sa situation géographique, les enjeux urbains et économiques liés à son développement, placent aujourd’hui ce secteur au coeur d’une réflexion menée par la municipalité. Les objectifs de l’aménagement de ce secteur ont fait l’objet d’une orientation d’aménagement définissant un principe de composition urbaine (trame viaire et typologie du bâti). Ce secteur est délimité au Nord par le Boulevard Charles de Gaulle, par le chemin piéton de la Mérinière au Sud et par la rue Mahatma Gandhi à l’Est.

La trame urbaine environnante se compose de formes bâties variées, caractérisées le long de l’avenue Charles de Gaulle par une alternance de typologies bâties, allant de la maison individuelle au logement collectif (nombreuses opérations en cours – et à venir) en passant par divers équipements (école primaire, lycée Ste marie du Port et son internat en cours de construction…) voire une roseraie. Cet axe a été récemment réaménagé depuis le rond-point du lycée Ste Marie jusqu’à la commune des Sables d’Olonne avec la création d’une piste cyclable et de cheminements piétons, séparés de la circulation automobile par des massifs et des arbres d’alignement.

Au droit de notre assiette foncière, l’emprise publique du boulevard n’a pas fait l’objet de requalification.

Au sud de l’avenue Charles de Gaulle se développe un maillage de lotissements constitués de maisons de plain-pied ou en R+1 desservis par des voies secondaires sinueuses, en partie en impasse.

Au nord, on retrouve un tissu pavillonnaire identique au sud ainsi que des équipements publics d’enseignements et des activités commerciales ou de service, notamment le long du boulevard du Vendée Globe.

Les échanges participatifs entre nos équipes et les acteurs du développement urbain de la commune d’Olonne-sur-mer auront permis d’identifier les principaux enjeux liés à l’établissement d’un projet sur ce site au travers de diagnostics in situ réalisés à l’échelle du quartier :

1- Les caractéristiques globales du secteur du Vieux Fief sont dominées par la diversité des formes urbaines qui le composent.

2- Les formes urbaines qualifiant le projet devront permettre de concilier une densité bâtie cohérente et une qualité de vie pour tous les usagers. Les séquences bâties futures répondront ainsi à la nécessité de maintenir une perméabilité entre les quartiers pavillonnaires existants et l’axe de l’avenue Charles de Gaulle.

3- L’échelle du bâti sera étudiée en cohérence avec l’environnement direct du projet, et devra répondre aux objectifs fixés par le développement urbain de la commune. Ainsi la façade urbaine longeant l’avenue du Général de Gaulle sera qualifiée au travers d’une programmation s’inscrivant dans la continuité des ensembles collectifs récents apparus ou à venir sur cet axe.

4- Le projet devra en outre optimiser la gestion des véhicules, marquant une priorité pour la définition d’espaces de vie collective répondant aux principes de maillage établis dans le cadre de l’Orientation d’Aménagement.

L’étude du projet s’inscrit ainsi dans une réflexion globale et concertée avec la municipalité

Les bâtiments collectifs présentent une architecture épurée marquant plusieurs niveaux de lecture. Le soubassement de chaque bâtiment se présente comme un socle, identifié par un parement spécifique, et supportant les 2 niveaux courants R+1 et R+2. Les attiques s’implantent en retrait de 2 mètres des façades principales et génèrent un couronnement se détachant du volume principal.

Les toitures des attiques se prolongent aux extrémités des logements collectifs, soutenues par des poteaux et une charpente apparente de teinte blanche. Des grandes lucarnes, soulignées également par une charpente avec fermes, pannes et faux-entrait cintré typique des villas balnéaires, viennent animer ponctuellement les couvertures à 2 pans.

Les maisons tantôt isolées, tantôt jumelées, présentent une architecture traditionnelle et se distinguent par des jeux de retrait et de décalage des volumes principaux et secondaires (garages) ainsi que dans la forme et la couleur des façades et des toitures. Des débords de toitures avec pannes apparentes viennent affirmer un caractère balnéaire.