l'OCEANE - Rue Jean tharaud - reze (44)

Maître d’Ouvrage

 SARL L’OCEANE

Architecte

ACDM ARCHITECTURE

Maître d’Oeuvre

MOTEC INGENIERIE

BET Structure

IBA STRUCTURE

BET Fluides

POUGET CONSULTANTS

BET Vrd

SUD VRD

Programme

Réhabilitation d’un garage en bureaux / 115m² SP

Coût de construction

270 000 € HT

Ce projet de réhabilitation d’un petit bâtiment s’implante sur la partie Nord de la commune de Rezé, non loin des quais de la Loire. Entre le Pont des Trois Continents reliant Rezé à Nantes et le pôle des Nouvelles cliniques nantaises, le projet est situé au 7, rue de Jean Tharaud et a l’angle de la rue Gadrignolle .
De forme compacte, le terrain correspond entièrement à l’emprise du bâti-ment existant et représente une surface de 104 m² formant un ilot isolé sur l’emprise publique (rue Jean Tharaud).
L’aspect du bâtiment présente une architecture ancienne, traditionnelle de cette partie de la commune, de forme compacte et ne laissant entrevoir que peu d’ouvertures sur l’extérieur. Les façades de pierre schisteuse expriment l’origine certaine de la bâtisse, de forme simple et épurée, ayant probablement eu plusieurs fonctions.

Ce local fut probablement conçu à des fins de stockage, entreposage de matériaux ou véhicules divers. L’évolution de son usage a probablement entraîné quelques transformations, visibles notamment par l’adjonction d’une extension latérale montée en parpaing.

Les murs d’origine ont subi quelques réfections, percements et reprises grossières de linteaux et appuis bétonnés. La façade Nord présente ainsi une structure de poteaux et poutres en béton, encadrant une porte accessible depuis une rampe bétonnée implantée sur le domaine publique.

La couverture de l’édifice est composée de plaques ondulées en fibrociment ne présentant que peu d’intérêt dans la conservation de l’édifice.
L’ensemble des constructions environnantes présente une architecture ancienne typique de la commune de Rezé avec, pour certains bâtiments, des couleurs vives en façades. Les constructions sont adossées les unes aux autres et forment des « grappes » d’ilots ceinturés de ruelles étroites.