ILOT T7 - ZAC du Champ de foire - clisson

Maître d’Ouvrage

 ALTAREA COGEDIM

Architecte

ACDM ARCHITECTURE

Maître d’Oeuvre

MOTEC INGENIERIE

BET Structure

IBA STRUCTURE

BET Fluides

SOLAB

Paysagiste

OAK Paysagistes

Programme

86 logements collectifs

1 crèche

 4700m² SP

Coût de construction

6 348 000 € HT (Estimation)

La ZAC du Champ de foire s’insère dans un contexte mêlant urbanité et paysage, tirant parti des qualités intrinsèques du contexte environnant ; il définit plusieurs niveaux de lecture de paysages, du sol aux terrasses, jusqu’aux toitures.

 

L’organisation architecturale des masses bâties le long des voies publiques crée l’opportunité d’imaginer une succession d’espaces, fonctionnels et collectifs, propices à l’établissement d’un projet paysager s’associant aux usages des résidents et prévoyant notamment les dispositifs d’intégration des espaces de stationnements nécessaires au projet. 

 

Le front bâti nouveau s’organise ainsi le long du domaine public en séquences, minérales, rythmée par différents interstices permettant de rejoindre le cœur d’ilot.

Ces failles et césures plus ou moins  larges emmènent ainsi le piéton et les véhicules au travers de l’épaisse ceinture bâtie pour découvrir des espaces intimistes où cheminent les passages se croisant vers les espaces de fonctionnalité du projet ( parcs de stationnements / espaces de détente). 

 

La définition de ces espaces de convivialité sous forme de cours, cheminements, lieux de ressourcement préservant notamment la fraicheur en période estivale, initie les bases de réflexions visant la conception d’un projet paysager, accompagnant le projet architectural et participant à la vie collective de l’ilot dont le cœur se lie au projet d’ensemble par l’appropriation du végétal dans sa conception et son accessibilité. 

 

 

Ils développent, par insertion d’une palette végétale adaptée, une forme organique pour proposer une variété de situations entre les promeneurs, les plantations, les véhicules et les bâtiments. Les plantes s’invitent au cœur de l’espace central commun et s’enfoncent dans les massifs. Les jardins individuels et collectifs dessinent un tableau depuis les terrasses des logements et s’invitent sur les toitures  des bâtiments les plus mesurés.